Théorie de Dow : le guide complet

Loi de dow

Introduction

La théorie de Dow existe depuis près de 100 ans. Pourtant, même dans les marchés volatils et technologiques d’aujourd’hui, les composantes de base de La théorie de Dow restent valables. Développée par Charles Dow, perfectionnée par William Hamilton et Robert Rhea, La théorie de Dow aborde non seulement l’analyse technique et l’action des prix, mais aussi la philosophie du marché. Bon nombre des idées et des commentaires avancés par Dow et Hamilton sont devenus des axiomes de Wall Street. Bien que certains puissent penser que le marché est différent maintenant, une lecture du livre de Rhea, The Dow Theory, attestera que le marché boursier se comporte de la même aujourd’hui comme il l’a fait il y a près de 100 ans.

Globalement, La théorie de Dow décrit les tendances du marché et la façon dont il se comporte généralement. À un niveau plus fin, elle fournit des signaux qui peuvent être utilisés pour identifier des opportunités sur le marché. La théorie se concentre autour de l’identification de la tendance pour le Dow Jones Transportation Average et le Dow Jones Industrial Average. Ceci, en utilisant le volume pour confirmer ces tendances.

Histoire de La théorie de Dow

Charles Dow a développé La théorie de Dow à partir de son analyse des prix du marché à la fin du 19e siècle. Jusqu’à sa mort en 1902, Dow était copropriétaire et rédacteur en chef du Wall Street Journal. Bien qu’il n’ait jamais écrit un livre sur ces théories, il a écrit plusieurs éditoriaux. Ces derniers reflètent son opinion sur la spéculation et le rôle des indices.

Même si Charles Dow est connu pour avoir développé La théorie de Dow, c’est S.A. Nelson et William Hamilton qui ont plus tard affiné la théorie. Nelson a écrit The ABC of Stock Speculation et a été le premier à utiliser réellement le terme « La théorie de Dow. » Hamilton a plus tard développé la théorie à travers une série d’articles dans  le Wall Street Journal de 1902 à 1929. Hamilton a également écrit le Baromètre boursier  en 1922, qui a cherché à expliquer la théorie en détail.

En 1932, Robert Rhea poursuit le travail de Dow et Hamilton dans son livre, The Dow Theory. Rhea a lu, étudié et déchiffré quelque 252 éditoriaux à travers lesquels Dow (1900-1902) et Hamilton (1902-1929) ont transmis leurs pensées sur le marché. Dans son travail, Rhea a également fait référence à Hamilton dans The Stock Market Barometer.

Notre présentation de La théorie de Dow dans cet article est basée sur le livre de Rhea, The La théorie de Dow, qui a organisé les écrits de Dow et Hamilton dans un ensemble d’hypothèses et de théorèmes. Dans la mesure du possible, nous avons également tenté de lier certaines des réalités du marché d’aujourd’hui avec La théorie de Dow, comme l’expliquent Dow, Hamilton et Rhea.

Hypothèses

Avant que l’on puisse valider la théorie de Dow, il y a un certain nombre d’hypothèses qui doivent être faites. Rhea affirme que pour l’application réussie de La théorie de Dow, ces hypothèses doivent être acceptées sans réserve.

Manipulation

La première hypothèse est que la manipulation de la tendance primaire n’est pas possible. Lorsque de grandes sommes d’argent sont en jeu, la tentation de manipuler est constamment présente. Hamilton n’a pas fait valoir la possibilité que les spéculateurs, les spécialistes ou toute autre personne impliquée sur les marchés puissent manipuler les prix. Il a nuancé son hypothèse en affirmant qu’il n’était pas possible de manipuler la tendance primaire. Les mouvements intra journaliers, quotidiens et peut-être même d’autres pourraient être sujets à la manipulation. Ces courts mouvements, de quelques heures à quelques semaines, pourraient faire l’objet de manipulations par de grandes institutions, spéculateurs, nouvelles de dernière heure ou rumeurs. Aujourd’hui, Hamilton ajouterait probablement des hedge fund et des day-traders à cette liste.

Quelques exemples célèbres de manipulation

Hamilton a poursuivi en disant que les actions individuelles pourraient être manipulées. Les exemples de manipulation se terminent généralement de la même façon : la sécurité s’exécute, puis recule et poursuit la tendance principale. Voici quelques exemples :

  • PairGain Technology a fortement augmenté en raison d’un canular posté sur un faux site Bloomberg. Cependant, une fois que le canular a été révélé, le stock est immédiatement retombé et est revenu à sa tendance primaire.
  • Books-A-Million est passé de 3$ à 47$ après avoir annoncé une nouvelle version de son site. Trois semaines plus tard, le prix s’est stabilisé autour de 10$. Il n’a fait que chuter par la suite.
  • En 1979/80, il y a eu une tentative de manipulation du prix de l’argent par les frères Hunt. L’argent a grimpé en flèche à plus de 50 $ l’once, pour revenir dans sa tendance baissière. Ceci, seulement après que la supercherie ait été révélée au grand jour.

Bien que ces actifs aient été manipulés à court terme, les tendances à long terme ont prévalu au bout d’un mois environ. Hamilton a également souligné que même si des actions étaient manipulées individuellement, il serait pratiquement impossible de manipuler le marché dans son ensemble. Le marché étant tout simplement trop important pour que cela se produise.

Moyennes Tout escompte

La deuxième hypothèse est que le marché reflète toutes les informations disponibles. Tout ce qu’il y a à savoir se reflète déjà sur les marchés à travers le prix. Les prix représentent la somme totale de tous les espoirs, craintes et attentes de tous les participants. Les fluctuations des taux d’intérêt, les attentes en matière de bénéfices, les projections de revenus, les élections présidentielles, les initiatives de produits et tout le reste sont déjà sur le marché. L’imprévu se produira, mais habituellement cela n’affectera que la tendance à court terme. La tendance primaire ne sera pas affectée.

Le tableau ci-dessous de Coca-Cola (KO) est un exemple relativement récent de la tendance primaire qui reste intacte. La tendance baissière pour Coca-Cola a commencé avec la chute brutale de plus de 1998. Le titre s’est redressé avec le marché en octobre et novembre 1998, mais en décembre a recommencé à baisser. Selon La théorie de Dow, le rallye d’octobre/novembre serait appelé un mouvement secondaire (contre la tendance primaire). Il est probable que l’action a été rattrapée par la tendance générale du marché à l’époque. Cependant, lorsque les principaux indices ont atteint de nouveaux sommets en décembre, Coca-Cola commençait à s’essouffler et à reprendre sa tendance principale.

Hamilton a fait remarquer que parfois, le marché réagirait négativement aux bonnes nouvelles. Pour Hamilton, le raisonnement était simple. Le marché regarde vers l’avenir. Au moment où les nouvelles font grand bruit, tout et déjà pricé. Cela explique le vieil adage de Wall Street, « acheter les rumeurs, vendre les nouvelles ». Comme la rumeur commence à se propager, les acheteurs interviennent et enchérissent sur le prix. Au moment où les nouvelles sont publiées, le prix les a déjà totalement pris en compte. Yahoo! (YHOO) et la période précédant les bénéfices en est un exemple classique. Pour les trois premiers trimestres de 1999, le cours n’a fait que baisser après la déclaration des bénéfices. Même si le bénéfice a dépassé les attentes à chaque fois, le titre a chuté d’environ 20% pendant cette période.

La théorie du Dow n’est pas infaillible

La troisième hypothèse est que la théorie n’est pas infaillible. Hamilton et Dow admettent volontiers que La théorie de Dow n’est pas un moyen infaillible de battre le marché. Elle est considérée comme un ensemble de lignes directrices et de principes pour aider les investisseurs à faire leur propre analyse du marché. La théorie de Dow fournit un mécanisme pour les tarders qui aidera à éliminer une partie de l’émotion. Hamilton affirme que les investisseurs ne devraient pas être influencés par leurs émotions. Lorsque vous analysez le marché, assurez-vous d’être objectif et de voir ce qu’il y a, pas ce que vous voulez voir. Si un investisseur est acheteur, il ou elle peut vouloir voir seulement les signes haussiers et ignorer tous les signaux baissiers. Inversement, si un investisseur est hors du marché ou vendeur, il ou elle peut être apte à se concentrer sur les aspects négatifs des cours et d’ignorer tout signe haussier. La théorie de Dow fournit un mécanisme pour aider à rendre les décisions moins ambiguës. Les méthodes d’identification de la tendance primaire sont claires et ne sont pas sujettes à interprétation.

Que vaut la théorie de Dow pour les traders ?

Même si cette théorie n’est pas destinée au trading à court terme, elle peut encore apporter de la valeur aux traders. Quel que soit votre calendrier, il est toujours utile d’être en mesure d’identifier la tendance primaire. Selon Hamilton (écrit au début du 20e siècle), ceux qui ont appliqué avec succès La théorie de Dow ont rarement tradé plus de quatre ou cinq fois par an. Rappelez-vous que les mouvements intra journaliers, quotidiens et peut-être même secondaires peuvent être sujets à la manipulation, mais la tendance primaire est à l’abri de la manipulation. Hamilton et Dow cherchaient un moyen de filtrer le bruit associé aux fluctuations quotidiennes. Ils ne s’inquiétaient pas de quelques points ou d’obtenir les plus hauts ou plus bas exacts. Leur principale préoccupation était d’attraper les grands mouvements.

Hamilton et Dow ont recommandé une étude approfondie des marchés sur une base quotidienne, mais ils ont également cherché à minimiser les effets des mouvements aléatoires et se concentrer sur la tendance primaire. Il est facile de se laisser prendre dans la folie du moment et d’oublier la tendance primaire. Dans notre exemple ci-dessus, la tendance primaire pour Coca-Cola est restée baissière après le creux d’octobre. Même s’il y a eu des hausses nettes, l’action n’a jamais dépassé ses plus hauts.

Théorèmes du mouvement du marché

Rhea distilla les écrits de Dow et Hamilton dans un certain nombre de théorèmes. Certains sont plus largement axés sur le comportement général du marché, tandis que d’autres traitent des signaux spécifiques qui peuvent être utilisés pour identifier et confirmer les tendances du marché. Cette section couvre certains des théorèmes plus larges décrivant les types et les comportements des tendances du marché.

Mouvements de marché et loi de Dow

Dow et Hamilton ont identifié trois types de mouvements de prix pour les moyennes Dow Jones Industrial and Rail : les mouvements primaires, les mouvements secondaires et les fluctuations quotidiennes. Les mouvements primaires, qui peuvent durer de quelques mois à de nombreuses années, représentent la tendance sous-jacente générale du marché. Les mouvements secondaires (ou de réaction) peuvent durer de quelques semaines à quelques mois. Ils vont à l’encontre de la tendance primaire. Les fluctuations quotidiennes peuvent évoluer avec ou contre la tendance primaire. Elles peuvent durer de quelques heures à quelques jours, mais généralement pas plus d’une semaine.

Mouvements primaires

Les mouvements primaires représentent la tendance générale sous-jacente du marché et peuvent durer de quelques mois à de nombreuses années. Ces mouvements sont généralement appelés marchés haussiers et baissiers. Une fois que la tendance primaire aura été identifiée, elle restera en vigueur jusqu’à preuve du contraire. (Nous aborderons les méthodes d’identification de la tendance primaire plus loin dans cet article.) Hamilton croyait que la durée et la force de la tendance étaient en grande partie indéterminables. Hamilton a étudié les moyennes et a élaboré des lignes directrices générales pour la force et la durée, mais a mis en garde contre la tentative de les appliquer comme règles de prévision.

Beaucoup de traders et d’investisseurs s’accrochent aux objectifs de prix et de temps. La réalité de la situation est que personne ne sait où et quand la tendance primaire prendra fin. L’objectif de La théorie de Dow est d’utiliser ce que nous savons, pas de deviner au hasard ce que nous ne savons pas. Grâce à un ensemble de grands principes, La théorie de Dow permet aux investisseurs d’identifier la tendance primaire et d’investir en conséquence. Essayer de prédire la longueur et la durée de la tendance est un exercice inutile. Hamilton et Dow étaient principalement intéressés à attraper les grands mouvements de la tendance primaire. Le succès, selon Hamilton et Dow, est mesuré par la capacité d’identifier la tendance primaire et de rester dans son sens.

Mouvements secondaires

Les mouvements secondaires vont à l’encontre de la tendance primaire et sont de nature réactionnaire. Dans un marché haussier, un mouvement secondaire est considéré comme une correction. Dans un marché baissier, les mouvements secondaires sont parfois appelés rallyes de réaction. Plus tôt dans cet article, un graphique de Coca-Cola a été utilisé pour illustrer les rallyes de réaction (ou les mouvements secondaires) dans les limites d’une tendance à l’ours primaire. Vous trouverez ci-dessous un graphique illustrant une correction dans le cadre d’une tendance primaire haussière.

En septembre-96, le DJIA ($INDU) a enregistré un nouveau sommet, établissant ainsi la tendance primaire comme haussière. De creux à sommet, la tendance primaire s’est poursuivi sur 1988 points. De sept-96 à mars 97, le DJIA n’a jamais diminué pendant plus de deux semaines consécutives. À la fin du mois de mars, après trois semaines consécutives de déclin, il est devenu évident que ce mouvement ne faisait pas partie de la catégorie des fluctuations quotidiennes et pouvait être considéré comme un mouvement secondaire.

Hamilton a noté certaines caractéristiques qui étaient communes à de nombreux mouvements secondaires dans les marchés haussiers et baissiers. Ces caractéristiques ne doivent pas être interprétées comme des règles, mais plutôt comme des grands principes à utiliser conjointement avec d’autres techniques d’analyse. Les trois premières caractéristiques ont été appliquées à l’exemple ci-dessus.

    1. D’après les observations historiques, Hamilton a estimé que les mouvements secondaires retracent les 1/3 à 2/3 du mouvement primaire. On retrace en moyenne de 50 %. En réalité, le mouvement secondaire au début de 1997 a retracé environ 42 % du mouvement primaire. (7158 – 5170 = 1988; 7158 – 6316 = 842, 842/1988 = 42,35 %).

 

  • Hamilton a également noté que les mouvements secondaires ont tendance à être plus rapides et plus nets que le mouvement primaire précédent.

 

      1. Juste avec une comparaison visuelle, nous pouvons voir que le mouvement secondaire était plus net que le mouvement primaire précédent. Le mouvement primaire a progressé de 38 % (1988/5170 = 38 %) et a duré environ 8 mois.

    Le mouvement secondaire a été corrigé de 11,7 % (842/7158 = 11,7 %) et n’a duré que cinq semaines.

 

  1. À la fin du mouvement secondaire, il y a habituellement une période terne juste avant le revirement. Cette période est généralement marquée par peu de mouvement des prix, une baisse du volume ou une combinaison des deux. Voici un graphique quotidien se concentrant sur le creux d’avril 97 pour le mouvement secondaire décrit ci-dessus. Du 7 au 10 avril a marqué le point terne (ligne rouge sur le volume). Il y a eu peu de mouvement des prix et le volume a été le plus faible depuis le début de la baisse. Le DJIA ($INDU) a vu par la suite ses volumes diminuer. Le basculement de la tendance s’est produit en une journée. Après quoi le DJIA a procédé à un retournement et a explosé à la hausse sur fond d’augmentation du volume (ligne verte sur le volume). La nouvelle réaction élevée, combinée à l’augmentation du volume, a indiqué que le mouvement secondaire était terminé et que la tendance primaire avait repris.
  2. Les dépressions sont parfois accompagnées d’une journée de forte bausse, à fort volume. Les creux de septembre/octobre de 1998 ont été accompagnés de niveaux de volume records. À l’époque, le creux du 1er septembre a été le plus élevé jamais enregistré et le creux du 8 octobre a enregistré le deuxième volume le plus élevé jamais enregistré. Bien que ces dépressions à fort volume ne soient pas un signal en soi, elles ont contribué à former un modèle qui a précédé une avancée historique. Cette avance a fait passer le DJIA ($INDU) de moins de 8000 à plus de 11000 en moins d’un an. Une autre confirmation d’un changement de tendance est venu sous la forme d’une nouvelle réaction élevée avec un volume élevé sur Oct-15.

Note : On discute encore de la question de savoir si le krach de 1998 était un marché baissier ou simplement un mouvement secondaire dans les limites d’un marché haussier plus vaste. Avec le recul, il semblerait qu’il s’agisse d’un mouvement secondaire. Même si le DJIA a enregistré un creux plus bas le 4 août et avait perdu un peu plus de 20 % le 4 septembre, le délai de deux mois rend difficile la justification en tant que marché baissier.

Hamilton a qualifié les mouvements secondaires de phénomène nécessaire pour lutter contre la spéculation excessive. Les corrections et les contre-mesures ont permis aux spéculateurs de vérifier et d’ajouter une bonne dose de conjectures aux mouvements du marché. En raison de leur complexité et de leur nature trompeuse, les mouvements secondaires nécessitent une étude et une analyse très minutieuse. Les investisseurs confondent souvent un mouvement secondaire avec le début d’une nouvelle tendance primaire. Jusqu’où un mouvement secondaire doit-il aller avant que la tendance primaire ne soit affectée? Cette question sera abordée plus tard dans cet article, lorsque nous analysons les différents signaux basés sur La théorie de Dow.

Fluctuations quotidiennes

Les fluctuations quotidiennes, bien qu’importantes lorsqu’elles sont considérées comme un groupe, peuvent être dangereuses et peu fiables individuellement. En raison du caractère aléatoire des mouvements au jour le jour, la valeur prévisionnelle des fluctuations quotidiennes est au mieux limitée. Au pire, trop d’accent sur les fluctuations quotidiennes conduira à des erreurs de prévision et même des pertes. Se laisser trop prendre dans le mouvement d’un ou deux jours peut conduire à des décisions hâtives qui sont basées sur l’émotion. Il est d’une importance vitale de garder l’ensemble de l’image à l’esprit lors de l’analyse des mouvements quotidiens des prix.

Pensez aux pièces d’un puzzle. Individuellement, quelques pièces sont dénuées de sens, mais en même temps, elles sont essentielles pour compléter le tableau. Les mouvements quotidiens des prix sont importants, mais seulement lorsqu’ils sont regroupés avec d’autres jours pour former un modèle d’analyse. Hamilton n’a pas tenu compte des fluctuations quotidiennes, bien au contraire. L’étude de l’action quotidienne des prix peut ajouter un aperçu précieux, mais seulement lorsqu’il est pris dans le contexte de la vue d’ensemble. Il y a peu de structure en un, deux ou même trois jours d’action de prix. Cependant, lorsqu’une série de jours sont combinés, une structure commence à émerger et l’analyse est mieux fondée.

Les trois étapes des marchés haussiers primaires

Hamilton a identifié trois étapes sur les marchés haussiers et baissiers primaire. Ces étapes sont autant liées à l’état psychologique du marché qu’à la circulation des prix. Un marché haussier primaire est défini comme une avancée soutenue depuis longtemps marquée par l’amélioration des conditions d’affaires qui suscitent une spéculation et une demande accrues d’actions. Dans un marché haussier primaire, il y aura des mouvements secondaires qui iront à l’encontre de la tendance majeure.

Étape 1 – Accumulation

Hamilton a noté que la première étape d’un marché haussier était largement indiscernable de la dernière réaction d’un marché baissier. Le pessimisme, excessif à la fin du marché baissier, règne toujours au début d’un marché haussier. C’est une période où le public est hors des stocks, les nouvelles de l’Amérique des entreprises est mauvaise et les évaluations sont généralement à des creux historiques. Cependant, c’est à ce stade que l’« argent intelligent » commence à accumuler des actions. C’est l’étape du marché où ceux qui ont de la patience voient la valeur de posséder des actions pour le long terme. Les actions sont bon marché, mais personne ne semble les vouloir. Rappelez-vous comment Warren Buffett a déclaré à l’été 1974 que c’était le moment d’acheter des actions et de devenir riche. Tout le monde pensait qu’il était fou, mais il était l’un des seuls qui avait correctement identifié l’étape d’accumulation en cours sur le marché.

Dans la première étape d’un marché haussier, les actions commencent à trouver un creux et y restent tranquillement. Lorsque le marché commence à monter, il y a une incrédulité généralisée qu’un marché haussier a commencé. A la première tentative haussière, les vendeurs proclamant que le marché baissier n’est pas terminé. C’est à ce stade qu’une analyse minutieuse est justifiée pour déterminer si le déclin est un mouvement secondaire (une correction de la première étape vers le haut). S’il s’agit d’un mouvement secondaire, alors le bas se forme au-dessus du creux précédent. Une période de calme s’ensuit, avant que la hausse ne recommence. Lorsque le pic précédent est dépassé, le début de la deuxième étape et du mouvement haussier primaire seront confirmés.

Étape 2 – The Big Move

La deuxième étape d’un marché haussier primaire est généralement la plus longue, et cache la plus forte progression des prix. Il s’agit d’une période marquée par l’amélioration des conditions d’affaires et l’augmentation des valorisations des actions. Les gains recommencent à augmenter et la confiance des investisseurs commence à revenir. Ceci est considéré comme l’étape la plus facile pour faire de l’argent. A ce stade, la participation est large et les adeptes de tendance commencent à entrer sur le marché.

Étape 3 – L’Excès

La troisième étape d’un marché haussier primaire est marquée par une spéculation excessive et l’apparition de pressions inflationnistes. (Dow a formé ces théorèmes il y a environ 100 ans, mais ce scénario vous est certainement familier.) Au cours de la troisième et dernière étape, le grand public est pleinement impliqué sur le marché, les valorisations sont excessives et la confiance est extraordinairement élevée. C’est l’image miroir de la première étape du marché haussier. Un axiome de Wall Street: Lorsque les chauffeurs de taxi commencent à offrir des conseils, le sommet ne peut pas être loin.

N’est-ce pas le cas en ce moment avec tous les pseudos gourous de la finance ?

Nos deux gourous préférés :

  • Lynxity se faisant anciennement appelé « le Lynx de Wall Street » sans doute pour échapper à sa mauvaise réputation.
    Malheureusement, nos équipes ont mené leurs investigations sur Lynxity. L’arnaque ne change pas.
  • KLR vision trading : qui vous fait rêver à coup de citations « insiprantes » et de photos de vêtement de luxe.

Trêve de plaisanterie, revenons à La théorie de Dow.

Les trois étapes des marchés baissiers primaires

Un marché baissier primaire est défini comme une baisse soutenue depuis longtemps. Elle est marquée par la détérioration des conditions d’affaires et la baisse subséquente de la demande en action. Tout comme avec les marchés haussiers primaires, un marché baissier primaire aura des mouvements secondaires qui vont à l’encontre de la tendance majeure.

Étape 1 – La Distribution

Tout comme l’accumulation est la première étape d’un marché haussier primaire, la distribution marque le début d’un marché baissier. Comme l’« argent intelligent » commence à se rendre compte que les conditions d’affaires ne sont pas aussi bonnes qu’on le pensait, ils commencent à vendre leurs actions. Le public est toujours impliqué dans le marché à ce stade et deviennent des acheteurs impliqués. Il y a peu de paramètres pour indiquer qu’un marché baissier est à venir alors que les conditions générales des affaires demeurent bonnes. Cependant, les stocks commencent à perdre un peu de leur valeur. Le déclin commence à s’installer.

Bien que le marché diminue, on ne croit pas qu’un marché baissier a commencé. La plupart des prévisionnistes demeurent haussiers. Après un déclin modéré, il y a un rallye de réaction (mouvement secondaire) qui retrace une partie de la baisse. Hamilton a noté que les rallyes de réaction pendant les marchés baissiers ont été assez rapides et vifs. Comme pour son analyse des mouvements secondaires en général, Hamilton a fait remarquer qu’un pourcentage important des pertes seraient recouvrés en quelques jours ou peut-être en quelques semaines. Ce mouvement rapide et soudain revigorerait les acheteurs pour confirmer la bonne santé du marché haussier. Cependant, la réaction élevée du mouvement secondaire débuterait et serait inférieure au sommet précédent. Après avoir atteint un niveau plus bas, une pause en dessous du creux précédent confirmerait qu’il s’agissait de la deuxième étape d’un marché baissier.

Étape 2 – The Big Move

Comme pour le marché haussier primaire, la deuxième étape d’un marché baissier primaire constitue la plus importante. C’est à ce moment que la tendance a été identifiée comme étant à la baisse et que les conditions d’affaires commencent à se détériorer. Les estimations des bénéfices sont réduites, les déficits se produisent, les marges bénéficiaires diminuent et les revenus diminuent. À mesure que les conditions d’affaires s’aggravent, la vente se poursuit.

Étape 3 – Désespoir

Au sommet d’un marché haussier primaire, l’espoir jaillit éternelle et l’excès est à l’ordre du jour. À l’étape finale d’un marché baissier, tout espoir est perdu et les actions sont mal vue. Les valorisations sont faibles, mais la vente se poursuit alors que les participants cherchent à vendre quoi qu’il arrive. Les nouvelles des entreprises Américaines sont mauvaises. Les perspectives économiques sombres et pas un acheteur ne pointe son nez. Le marché continuera de décliner jusqu’à ce que toutes les mauvaises nouvelles soient entièrement absorbées par le marché. Une fois que les stocks reflètent pleinement le pire résultat possible, le cycle recommence.

Théorèmes du signal

Grâce aux écrits de Dow et Hamilton, Rhea a identifié 4 théorèmes distincts qui traitaient de l’identification des tendances, de l’achat et de la vente de signaux (en utilisant les moyennes Dow Jones), du volume et, enfin, des plages de négociation. Les deux premiers ont été considérés comme les plus importants, servant à identifier la tendance primaire comme haussière ou baissière. Les deux seconds théorèmes, qui portent sur les fourchettes de volume et de négociation, n’ont pas été considérés comme essentiels à l’identification des tendances primaires par Hamilton. Le volume a été considéré comme une donnée de confirmation, et on a pensé que les fourchettes de négociation permettaient d’identifier les périodes d’accumulation et de distribution. Collectivement, ils peuvent être utilisés pour identifier les mouvements actuels du marché.

Identification de la tendance

La première étape dans l’identification de la tendance primaire est d’identifier les tendances individuelles du Dow Jones Industrial Average (DJIA),et Dow Jones Transportation Average (DJTA). Hamilton a utilisé l’analyse des pics et des creux afin de déterminer l’identité de la tendance. Une tendance haussière est définie par des prix qui forment une série de pics en hausse et de creux en hausse (hauts de plus en plus hauts). En revanche, une tendance baissière est définie par des prix qui forment une série de pics en baisse et de creux en baisse (des bas de plus en plus bas).

Une fois que la tendance a été identifiée, elle est présumée valide jusqu’à preuve du contraire. Une tendance baissière est considérée comme valide jusqu’à ce qu’une baisse « moins basse » se forme et que l’évolution qui s’ensuit hors du plus bas dépasse la réaction précédente. Voici un graphique du Dow Jones Transportation Average en 1992. Même si Hamilton et Dow n’ont pas fait de références précises aux lignes de tendance, une ligne a été tracée pour mettre l’accent sur la trajectoire descendante de la tendance. Depuis le pic de février, une série de creux et de hauts plus bas se sont formés pour faire une tendance baissière. Il y a eu un rallye secondaire en avril et mai (cercle vert), mais le sommet de mars n’a pas été dépassé.

Application au DJTA

Le DJTA ($TRAN) a continué vers le bas jusqu’au jour de volumes baissiers élevés (flèche rouge). Comme nous l’avons vu dans cet article, les jours de volume élevé indiquent qu’un changement possible se profile. Prise seule, une journée de volumes élevés n’est pas un signal d’achat, mais plutôt une indication pour surveiller l’action des prix un peu plus près. Après cette journée de volume élevé, le DJTA a plongé à nouveau, puis déplacé au-dessus de 1250, créant un bas plus élevé (flèche verte). Même après que le plus bas soit fixé, il est encore trop tôt pour crier au changement de tendance. Le changement de tendance n’est pas confirmé jusqu’à ce que la réaction précédente haute soit dépassée (flèche bleue).

L’inverse est également vrai

Inversement, une tendance haussière est considérée en place jusqu’à ce qu’une baisse des formes et que la baisse qui s’ensuit soit supérieure au creux précédent. Vous trouverez ci-dessous un graphique linéaire des prix de clôture du DJIA. Une tendance haussière a commencé avec les creux d’octobre-98 et le DJIA a formé une série de hauts et de plus hauts creux au cours des 11 prochains mois. Deux fois, en décembre-98 (cercle rouge) et juin-99 (flèches bleues), la validité de la tendance haussière est remise en question. Pourtant, la tendance haussière a prévalu jusqu’à la fin septembre.

(L’action de prix de décembre-98 est abordée ci-dessous.) Il y avait des sommets plus bas en juin-99, mais il n’y avait jamais de bas inférieurs pour confirmer ces hauts inférieurs. Tous les vendeurs qui ont vendu en Juin ont été obligés de d’encaisser les pertes en Juillet et Août. Le changement de tendance s’est produit le 23 septembre lorsque les creux de juin ont été franchis.

Certains traders ont peut-être conclu que la tendance avait changé lorsque les creux de la fin août ont été franchis. C’est peut-être le cas, mais il convient de noter que les creux de juin représentaient une zone de support plus convaincante. Gardez à l’esprit que La théorie de Dow n’est pas une science et Hamilton le souligne à de nombreuses reprises. La théorie de Dow est destinée à offrir des idées et des lignes directrices à partir de laquelle commencer une étude attentive des mouvements du marché..

Si l’on examine le graphique linéaire ci-dessus (DJIA ($INDU) 1998/1999, il peut être difficile de faire la distinction entre un changement de tendance valide et une simple correction. Par exemple : Un changement de tendance était-il justifié lorsque le creux de décembre a-t-il pénétré le creux de novembre (cercle rouge) ? Après le pic de novembre, un niveau plus bas s’est formé en décembre et la réaction de novembre a été rompue. Afin d’éliminer les faux signaux, Hamilton a suggéré d’exclure les mouvements de moins de 3 %. Ce n’était pas censé être une règle imparable, mais l’idée est à garder en tête. Avec la volatilité accrue des marchés d’aujourd’hui vient la nécessité de lisser les fluctuations quotidiennes et d’éviter les fausses lectures.

L’état d’esprit d’Hamilton et Dow

Hamilton et Dow étaient intéressés à attraper les grands mouvements et aurait été apte à utiliser les graphiques hebdomadaires pour établir des hauts et des bas de réaction. Toutefois, dans les marchés en évolution rapide d’aujourd’hui, les graphiques hebdomadaires peuvent ne pas décrire les détails dont les investisseurs ont besoin. Une solution possible est d’appliquer une moyenne mobile courte  aux prix. Bien qu’elle ne soit pas mentionnée par Hamilton et Dow, une moyenne mobile de cinq jours pourrait être appliquée pour lisser la série de prix tout en permettant des détails. Le tableau DJIA ($INDU) ci-dessous utilise une moyenne mobile exponentielle de 5 jours pour lisser la parcelle de prix. Notez que la réaction de novembre faible semble maintenant tout à fait immatériel. En outre, la réaction de septembre haute (flèche rouge) est toujours visible.

Les deux moyennes servent de confirmation

Lorsque La théorie de Dow a été développée au tournant du siècle, les chemins de fer étaient un lien vital dans l’économie. Hamilton a soutenu que, dans de nombreux cas, l’activité reprendrait dans le domaine ferroviaire avant l’industriel. Il a attribué cela au fait qu’avant le début de l’activité économique, les matières premières devraient être transférées des fournisseurs aux fabricants. Avant que General Motors puisse augmenter sa production, il faudrait transporter davantage d’acier. Par conséquent, une augmentation de l’activité parmi les stocks ferroviaires préfigurerait une augmentation de l’activité commerciale des stocks industriels.

Pourquoi les transports ?

Il ne fait aucun doute que l’économie d’aujourd’hui est très différente. Par conséquent, la composition de la DJTA change pour favoriser les compagnies aériennes. Cependant, il y a encore une certaine crédibilité dans l’utilisation de la DJTA pour confirmer les mouvements dans le DJIA. Les stocks de transport dépendent beaucoup plus de l’environnement économique que du stock moyen et préfigurent probablement la croissance économique.

  • Le secteur des compagnies aériennes est cyclique et les revenus sont très sensibles aux changements économiques.
  • Les compagnies aériennes ont généralement des niveaux d’endettement supérieurs à la moyenne et seront plus vulnérables aux variations des taux d’intérêt.
  • Les coûts de l’énergie et du travail constituent une grande partie des dépenses.

Pour tenir compte des risques supplémentaires ci-dessus, les actions des compagnies aériennes se sont traditionnellement vendues nettement en dessous des multiples du marché. Si le ratio P/E  pour le S&P 500 est de 28, la compagnie aérienne moyenne pourrait vendre pour seulement 8-10 fois les gains.

Même si nous entrons peut-être dans une « nouvelle économie », la majorité des entreprises seront affectées d’une manière ou d’une autre par les changements d’activité économique, les taux d’intérêt, les coûts de l’énergie et les coûts de main-d’œuvre. Les compagnies aériennes, qui portent le fardeau de tout ce qui précède, sont encore susceptibles d’agir comme un indicateur avancé de l’environnement économique général.

Toutefois, Il faut ajouter une mise en garde. Peut-être la plus grande crainte des compagnies aériennes est que les gens cessent de voler dans les avions. Les voyages d’affaires représentent une grande partie des revenus des compagnies aériennes, en particulier les revenus à marge élevée. Avec le développement d’Internet et le réseautage, le besoin de voyages d’affaires pourrait être considérablement réduit à l’avenir. Federal Express a déjà connu un ralentissement de la quantité de documents d’affaires expédiés. Cela pourrait finalement se répercuter sur les affaires des compagnies aériennes.

Comment les moyennes confirment les signaux

Hamilton et Dow ont souligné que, pour qu’un signal d’achat ou de vente de tendance primaire soit valide, la moyenne industrielle et la moyenne ferroviaire doivent se confirmer mutuellement. Si l’une enregistre une nouvelle note élevée ou ne nouvelle inattendue, l’autre doit suivre. Ceci, pour qu’un signal soit considéré comme valide.

On peut combiner les lignes directrices établies pour l’identification des tendances avec le théorème sur la confirmation. il est maintenant possible de classer la tendance primaire du marché. Le graphique ci-dessus montre un éventail de signaux. Ces derniers se sont produits au cours d’une période de 7 mois en 1998.

  1. En avril, le DJIA ($INDU) et DJTA ($TRAN) ont tous deux enregistré de nouveaux sommets de tous les temps (ligne bleue). La tendance primaire était déjà haussière, mais cette confirmation a validé la tendance primaire comme haussière.
  2. En juillet, les ennuis ont commencé à survenir lorsque le DJTA n’a pas confirmé le nouveau set haut de la DJIA. Cela a servi de signal d’alarme, mais n’a pas changé la tendance. Rappelez-vous, la tendance est supposée être en vigueur jusqu’à preuve du contraire.
  3. Le 31 juillet, le DJTA a enregistré une nouvelle réaction faible. Deux jours plus tard, le DJIA a enregistré une nouvelle réaction faible et a confirmé un changement dans la tendance primaire de haussier à baissier (ligne rouge). Après ce signal, les deux moyennes ont enregistré de nouveaux creux de réaction.
  4. En octobre, le DJIA a établi un creux plus élevé tandis que le DJTA a enregistré un nouveau creux. Il s’agissait d’une autre non-confirmation et a signifié un avis d’être sur ses gardes pour un éventuel changement de tendance.
  5. Après le plus bas, le DJIA a suivi avec un plus haut plus tard ce mois-là. Cela a effectivement changé la tendance de la moyenne de bas en haut.
  6. Ce n’est qu’au début du mois de novembre que le DJTA a amélioré sa réaction précédente. Cependant, dans le même temps, le DJIA progressait également plus haut et la tendance primaire était passée de baissière à haussière.

Le rôle du volume

L’importance du volume a été mentionnée ci-dessus avec le graphique du bas de l’Apr-97 dans le DJIA. Rhea note que, bien que Hamilton ait analysé les statistiques de volume, l’action des prix était le déterminant ultime. Le volume est plus important pour confirmer la force des tendances. En outre, il peut être utilisé pour aider à identifier les inversions potentielles.

Volume et confirmation

Hamilton pensait que le volume devrait augmenter dans la direction de la tendance primaire. Dans un marché haussier primaire, le volume devrait être plus élevé sur les avances que lors des corrections. Non seulement le volume devrait diminuer sur les corrections, mais le nombre d’intervenants devrait également diminuer. Comme Hamilton l’a dit, le marché devrait devenir « terne et étroit » sur les corrections. Ce qui signifie que le nombre de transactions vendeuses ne devrait pas augmenter de façon spectaculaire. L’inverse est vrai dans un marché baissier primaire, où le volume devrait augmenter sur les baisses et diminuer pendant les rallyes de réaction. Les réactions devraient également être étroites, reflétant la faible participation du marché dans son ensemble. En analysant les rallyes de réaction et les corrections, il est possible de juger de la force sous-jacente de la tendance primaire.

Volume et inversions

Hamilton a fait remarquer que des niveaux de volume élevés pourraient être révélateurs d’un renversement imminent. Un jour de volume élevé après une longue avance peut indiquer que la tendance est sur le point de changer ou qu’une réaction élevée peut bientôt se former. Rex Takasugi discute de la corrélation entre le volume et les pics sur le marché. Même si son analyse révèle un décalage entre les pics de volume et les inversions du marché, la relation existe toujours. L’analyse de Takasugi révèle que, depuis 1900, il y a eu 14 cycles, avec un pic de volume de 5,6 mois d’avance sur le marché. Il note également que le pic de volume le plus récent s’est produit en avril-99.

Zones de dérives latérales (alias Trading Ranges)

Dans ses commentaires au fil des ans, Hamilton a parlé à maintes reprises de « lignes ». Les lignes sont des lignes horizontales qui forment des plages de trading. Les plages de trading se développent lorsque les moyennes se déplacent latéralement sur une période de temps et permettent de tracer des lignes horizontales reliant les hauts et les bas.

Ces fourchettes de négociation indiquent soit l’accumulation ou la distribution, mais il était pratiquement impossible de dire lequel des deux qu’il était jusqu’à ce qu’il y ait eu une rupture à la hausse ou à la baisse. S’il y avait une rupture à la hausse, alors la gamme de négociation serait considérée comme une zone d’accumulation. S’il y avait une pause à la baisse, alors la gamme de négociation serait considérée comme un domaine de distribution. Hamilton considérait la fourchette de négociation neutre jusqu’à ce qu’une rupture se produise. Il a également mis en garde contre toute tentative d’anticiper la cassure.

Performance de La théorie de Dow

Mark Hulbert, dans le New York Times  (6-Sept-98), note une étude publiée dans le Journal of Finance par Stephen Brown de l’Université de New York et William Goetzmann et Alok Kumar de Yale. Ils ont développé un réseau neuronal qui a incorporé les règles pour identifier la tendance primaire. Le système La théorie de Dow a été testé contre une stratégie de buy and hold sur la période de 1929 à septembre 1998. Lorsque le système a identifié la tendance primaire comme haussière, une position à long terme a été amorcée dans un fonds indiciel hypothétique. Lorsque le système a signalé une tendance primaire baissière, des actions ont été vendues et l’argent a été placé dans des instruments à revenu fixe. En prenant de l’argent des actions après les signaux baissiers, le risque (volatilité) du portefeuille est considérablement réduit. Il s’agit d’un aspect très important du système de La théorie de Dow et de la gestion de portefeuille. Le concept de risque dans les actions a diminué au fil du temps, mais il est toujours un fait que les actions comportent plus de risque que les obligations.

Au cours de la période de 70 ans, le système La théorie de Dow a surperformé une stratégie d’achat et de retenue d’environ 2 % par an. De plus, le portefeuille comportait beaucoup moins de risques. Si on la compare aux rendements ajustés au risque, la marge de hors performance augmenterait. Au cours des 18 dernières années, le système La théorie de Dow a sous-performé le marché d’environ 2,6 % par année. Toutefois, lorsqu’on l’ajuste en fonction du risque, le système de La théorie de Dow surperforme les achats et les holds au cours des 18 dernières années. Gardez à l’esprit que 18 ans n’est pas une longue période à l’échelle du marché. La théorie de Dow a été trouvé sous-performe pendant les marchés haussiers et surperforme sur les marchés baissiers.

Critiques de la théorie de dow

La première critique de La théorie de Dow est que ce n’est vraiment pas une théorie. Ni Dow ni Hamilton n’ont rédigé d’articles universitaires appropriés décrivant la théorie et testant les théorèmes. Les idées de Dow et Hamilton ont été mises en avant par leurs éditoriaux dans le Wall Street Journal. Robert Rhea a cousu la théorie ensemble en se reposant sur ces écrits.

Deuxièmement, La théorie de Dow tire ses critiques de son retard. La tendance ne change pas de baissier à haussier jusqu’à ce que la réaction précédente ait été dépassée. Beaucoup de traders estiment que c’est tout simplement trop tard et manque une grande partie du mouvement. Dow et Hamilton ont cherché à attraper le coeur du mouvement et à entrer au cours de la deuxième étape. Même si c’est là que se déroulera l’essentiel des échanges, c’est aussi après le match aller et à mi-chemin de la deuxième étape. En outre, si l’on doit attendre la confirmation de l’autre moyenne, il pourrait même intervenir plus tard dans le mouvement.

Troisièmement, parce qu’elle utilise le DJIA et DJTA, La théorie de Dow est jugée obsolète et n’est plus un reflet précis de l’économie. C’est peut-être un point valable, mais, comme indiqué précédemment, le DJTA est l’un des indices les plus sensibles sur le plan économique. On considère toujours le marché comme un grand prédicteur de la croissance économique. Pour au moins maintenir les industries à la hauteur, des stocks non industriels tels que la technologie ou les stocks discrétionnaires des consommateurs ont été ajoutés au fil des ans.

Conclusion

L’objectif de Dow et Hamilton était d’identifier la tendance primaire et d’attraper les grands mouvements. Ils ont compris que le marché était influencé par l’émotion et sujet à une réaction excessive, à la fois à la hausse et à la baisse. Dans cette optique, ils se sont concentrés sur l’identification et les éléments suivants :

Identifier la tendance.

Suivre la tendance.

– La tendance est en place jusqu’à preuve du contraire.

La théorie de Dow aide les investisseurs à identifier les faits, à ne pas faire d’hypothèses ou de prévisions. Il peut être dangereux pour les investisseurs et les traders de faire des affirmations. Prédire le marché est un jeu difficile, voire impossible. Hamilton a admis volontiers que la théorie dow n’était pas infaillible. Bien que La théorie de Dow puisse constituer le fondement de l’analyse, elle est censée servir de point de départ pour les investisseurs et les traders afin d’élaborer des lignes directrices d’analyse qu’ils comprennent.

La lecture des marchés est une science empirique. À ce titre, il y aura des exceptions aux théorèmes avancés par Hamilton et Dow. Ils croyaient que le succès sur les marchés nécessitait une étude et une analyse sérieuses qui seraient pleines de succès et d’échecs.

 

Laisser un commentaire